De quoi s’agit-il ?

Entraînement mental : une démarche pour penser et agir dans la complexité

De la même façon qu’on conçoit un entraînement physique pour le corps, l’entraînement mental propose des exercices, une gymnastique, une pratique individuelle régulière pour cultiver une pensée critique autonome en lien avec le réel.
Cette démarche de formation s’adresse à toute personne adulte qui en serait curieuse et ne requiert pas d’autre préalable que l’envie de la découvrir.
L’entraînement mental est issu de l’histoire du mouvement d’éducation populaire Peuple et Culture et transmis par différentes structures, avec différentes approches selon les évolutions et les choix.

Les espaces de formation que nous relayons ici sont tous :
– en lien avec le réseau des Crefad (www.reseaucrefad.org),
– marqués par une approche de la formation qui invite à la circulation entre théorie et pratique,
– inscrits dans un principe de non-hiérarchisation des savoirs et des participants,
– une invitation à aller son chemin et faire feu de tout bois…

 

HISTORIQUE

L’entraînement mental a été expérimenté et formalisé par Joffre Dumazedier dans l’école de cadres d’Uriage avant 1942, comme une démarche invitant à penser hors de l’opposition théorie/pratique ou manuels/intellectuels. Ses origines sont intimement liées à celles du mouvement Peuple et Culture, fondé en 1945. C’est donc dans le cadre de Peuple et Culture qu’il est travaillé et transmis comme une démarche de formation qui s’adresse à tous.

«  Il ne s’agit pas de donner à l’esprit des connaissances, mais de développer ses facultés. Avant de “faire de l’histoire”, il faut créer dans l’esprit le réflexe historique. Avant de “faire de la géographie”, il faut habituer l’esprit à se situer dans l’espace. Avant d’exposer une théorie économique, il faut exercer l’esprit à passer des faits aux causes, des causes aux théories, des théories à l’action. Bref, avant de présenter un enseignement culturel, il faudrait développer une aptitude culturelle. Ce n’est ni la lecture du journal, ni la fréquentation du cinéma qui ont donné à l’esprit du travailleur la musculature mentale nécessaire pour parcourir et explorer les régions de la connaissance qui lui sont jusqu’alors restées inconnues. Sans faire renaître la rhétorique ou la scholastique, nous développerons cette musculature par un véritable ENTRAINEMENT MENTAL. »

(extrait du Manifeste de Peuple et culture, 1945)

La loi sur la formation continue de 1971 donne un autre statut aux structures proposant des actions de formation pour adultes et change la nature de leur travail. L’entraînement mental est toujours transmis et pratiqué dans différentes branches d’activités, notamment par le biais de formations type DEFA ou formations dans les métiers psycho-sociaux. Les approches organisationnelles et les mouvements liés à la professionnalisation dans les années 80 ont limité cette diffusion, qui s’est restreinte aux mouvements d’éducation populaire.

Certaines structures se penchent sur la façon dont l’entraînement mental peut évoluer en prenant en compte les apports des sciences contemporaines (sciences humaines et sociales, psychanalyse, philosophie…). Pierre Davreux, passé par la Belgique et le Nord de la France, formule le besoin d’un entraînement à la délibération éthique et la nécessité d’une prise en compte de la complexité du réel par la pensée dialectique. Charlotte Herfray, à Strasbourg, interroge du point de vue des sciences de l’éducation, les implications du sujet divisé tel qu’il est travaillé dans la psychanalyse.

Bref, l’entraînement mental est vivant tant qu’il est discuté, débattu, mis en question et travaillé par des personnes et des structures qui en poursuivent la transmission.

Aujourd’hui, il nous semble qu’une approche généraliste, méthodologique, accessible à tous et invitant à la complexité peut intéresser tout un chacun pour se situer dans le monde, mieux comprendre des situations problématiques, aborder des questions de société, se repérer entre savoirs, théories et opinions… avoir les moyens de se positionner dans sa vie plutôt que le sentiment de subir des choix extérieurs à soi.

 

Pour en savoir plus sur l’histoire de l’entraînement mental :

Penser vient de l’inconscient, entraînement mental et psychanalyse (Charlotte Herfray, éditions Eres 2012) : publication la plus récente traitant explicitement de l’entraînement mental. Le premier chapitre retrace l’historique de la méthode ; la dernière partie de l’ouvrage propose des témoignages de « vieux routiers de l’entraînement mental « . Entre les deux, l’exposé de la méthode du point de vue de Charlotte Herfray et une partie sur « l’actualité de l’entraînement mental ».

www.entrainement-mental.info : ce site donne davantage de détails sur l’historique de l’entraînement mental, dans la lignée des travaux de Pierre Davreux,

– …