Conditions d’accès

Nos actions découverte, approfondissement ou atelier EM, « Penser et agir dans la complexité », s’adressent à des adultes et s’inscrivent dans le cadre de la formation professionnelle continue des adultes.

De ce point de vue, parce que la formation professionnelle continue est associée au droit du travail, il existe pour chacun/e – à condition d’avoir cotisé ou être salarié ou en rentrant dans une politique publique spécifique – la possibilité de prise en charge à ce titre. Pour ce faire, le réseau des Crefad comme ses membres sont déclarés organismes de formation, enregistrés auprès du ministère du travail.

Il s’agit pour nous de faire prendre en charge les coûts liés à la formation par les organismes paritaires, les pouvoirs publics et les structures employeuses et non par les seuls individus, de tendre vers l’égalité et la mutualisation. Des principes simples et de bon sens. C’est aussi dans ce sens que nous tentons de trouver des solutions pour toute personne motivée pour se former mais sans forcément les moyens financiers pour le faire.

Nous nous battons pour que la formation des adultes s’inscrive dans l’éducation populaire au service de l’émancipation de chacun/e et non dans un marché de la formation assujetti au service des emplois, voire des structures employeuses ou encore de statistiques. La prise en charge est un moyen au service du projet pédagogique et non une fin en soi.

Nous sommes conscients que l’accès à une prise en charge est inégal, aléatoire, parfois complexe et même parfois injuste : nous faisons de notre mieux pour que la formation soit accessible à tous et nous tentons de trouver des marges de manoeuvre pour nous adapter aux situations particulières : participation à titre personnel très réduite, prix libre, troc… Nous essayons d’inventer les solutions avec les gens pour qui l’accès à une prise en charge correcte n’est pas possible.

En conséquence pratique, il faut entrer en contact avec l’association et discuter des conditions de participation acceptables pour les deux parties, partant du principe qu’on trouvera toujours une manière de faire, ensemble.

Enfin, en tant qu’associations, nous sommes fiers d’être à but non lucratif et d’utiliser les recettes pour rémunérer le travail des formateurs et les frais de fonctionnement des associations, et non de créer des dividendes pour des actionnaires. Concrètement, les éventuels bénéfices (car les associations ont le droit de faire des bénéfices !) sont l’occasion de permettre de proposer des tarifs réduits, de former les formateurs, de renouveler les ressources documentaires, de créer et d’expérimenter de nouvelles formations… La formation des adultes n’est pas un luxe mais une nécessité. A bon entendeur !